Il m'a vendu un métier

Une entrevue à la télé avec le PDG de l’Association des Hôtels du Grand Montréal m’a donné envie de te parler d’écriture qui vend.

Cette écriture que l’on ne saisit pas souvent et qui pourtant doit nous aider à gagner notre vie.

À mes débuts, j’avais du mal comprendre l’écriture pour vendre.

Ayant toujours tenu des journaux intimes, j’écrivais mes émotions.
Passionné par la fiction et ayant toujours lu, j’écrivais des petites nouvelles pour raconter et faire ressentir.
Ayant été formé au journalisme, j’écrivais pour informer.

Mais vendre ?

Je n’avais en tête que les « infomercials », ces articles mal écrits, peu subtils et contre lesquels on m’avait mis en garde en école de journalisme.

Alors, comment écrire pour vendre ?

C’est là que ce PDG entre en jeu.

Pour le contexte, maintenant que la pandémie se calme un peu et que le tourisme reprend, les hôtels et restaus de Montréal ont besoin de mains-d’œuvre.
Une main-d’œuvre qui se fait désirer…
En effet, au début de la pandémie, plusieurs établissements ont dû renvoyer leurs employés et la confiance est donc au plus bas.

Je fais court, hein.

En entrevue à la télé, ce PDG venait parler d’un événement où seront réunis plusieurs établissements de la ville prêt à recruter.

Il n’a pas parlé des avantages sociaux…

Il n’a pas parlé des salaires…

Il n’a pas parlé des conditions de travail, etc..

Il a parlé, plutôt, d’un milieu où l’on rencontre des gens, des touristes internationaux, qui sont souvent des clients agréables, car en vacances.

Il a parlé d’un milieu adapté à ceux qui n’aiment pas la routine du 9-5 et qui veulent vivre différemment.

Il a parlé de la fierté de faire la promotion de sa ville, tristement a l’arrêt depuis plusieurs mois.

Il parlait avec tellement de passion et de joie que j’ai eu envie d’aller bosser dans un de ses hôtels !!

C’est ça écrire pour vendre.

C’est parler avec passion de son sujet, c’est mettre de côté le produit (avantages, salaires, etc.) pour mettre en valeur le désir et la transformation (vivre et travailler différemment, contribuer à sa communauté, etc.)

Et tu sais le faire, et très bien.
 
Connecte-toi au pourquoi de ce que tu offres et comment tu aides, c’est tout.

Peu importe la forme ou le style.

La Quotidienne Privée**


Je suis une slowpreneuse qui a construit un business rentable, durable et serein.

Si ça te parle, j’ai hâte de connecter avec toi !

- Rim
**Strictement réservé aux membres.
 
Rejoins La Quotidienne